*Le contenu a été examiné par le Dr Kelly A, Meckling (sciences de la santé humaine et de la nutrition, Université de Guelph).

On dénombre plus de 200 types de cancers différents. Ils partagent tous certaines caractéristiques qui comprennent une croissance non contrôlée et une division anormale des cellules (1, 2).

  • Facteurs de risque pour le développement du cancer et réduction des risques. La génétique est le principal facteur de risque non modifiable associé au développement du cancer. Le Fonds mondial de recherche contre le cancer identifie également, entre autres, ceux relatifs au mode de vie, comme le tabagisme, la consommation d’alcool, le régime alimentaire et l’activité physique.
  • Les sucres et le cancer. Les méta-analyses récentes et les examens systématiques des études prospectives de cohorte indiquent qu’il n’existe pas de lien de cause à effet direct entre la consommation de sucres (quelle que soit la quantité ou quel que soit le type) et le risque de cancer. Il existe cependant une association entre le surpoids et l’obésité et le risque de certains types de cancers (p. ex. cancer du pancréas, cancer colorectal, cancer du sein postmonopausique, etc.). La consommation excessive de calories (y compris celles provenant des sucres) peut augmenter le risque de surpoids et d’obésité.
  • Les sucres et le régime des personnes atteintes du cancer. Les recommandations alimentaires en matière de sucres pour les personnes atteintes du cancer ne sont pas différentes de celles pour les personnes non atteintes.

Facteurs de risque pour le développement du cancer  

Plusieurs facteurs augmentent le risque de cancer. L’une des causes de cancer non modifiables les plus importantes est la génétique. Chaque cellule du corps abrite des gènes et, parfois, des changements dans le mode de fonctionnement de ces gènes peuvent provoquer la croissance de tumeurs. Le National Cancer Institute et la Société canadienne du cancer (3, 4) mettent en évidence les facteurs de risque suivants :

Facteurs de risque non modifiables Facteurs de risque modifiables
  • Âge.
  • Substances provoquant le cancer qui pourraient se trouver dans l'air ou l'eau potable (p. ex. arsenic, formaldehyde).
  • Être atteint d’une maladie qui élimine le système immunitaire.
  • Inflammations chroniques.
  • Niveaux d'hormones.
  • Consommation excessive d'alcool.
  • Tabagisme.
  • Régime alimentaire malsain. 
  • Activité physique faible. 
  • Obésité ou surpoids. 
  • Les radiations provenant des rayons ultraviolets du soleil, ou d'autres types de radiation (p. ex. radon, rayons X).

Réduction du risque de cancer

Un récent rapport du Fonds mondial de recherche contre le cancer met en évidence une relation étroite entre l’obésité ou le surpoids et un risque plus élevé de 10 cancers : intestins (colorectal); vésicule biliaire; rein; foie; œsophage; ovaires; pancréas; prostate (stade avancé); du sein postmonopausique et de l’utérus (endométrial) (2).

La consommation excessive de calories par rapport à la quantité quotidienne nécessaire pour les fonctions corporelles normales, les mouvements et l’activité physique est un facteur associé au style de vie pouvant contribuer à l’obésité et au surpoids.

Pour réduire le risque de cancer, le Fonds mondial de recherche contre le cancer (5, 6) encourage le public à adopter un régime alimentaire sain et équilibré, à contrôler sa consommation de calories et à être physiquement actif (voir image ci-dessous). Les recommandations générales du Fonds mondial de recherche contre le cancer pour maintenir un poids sain sont résumées et indiquées dans les chiffres ci-dessous (en anglais) :

  • Avoir un régime alimentaire riche en grains entiers, légumes, fruits et légumineuses, comme les haricots.
  • Limiter sa consommation de fast foods et d’autres aliments transformés à la teneur élevée en graisses, féculents ou en sucres (de nombreux plats préparés, les collations, les produits de boulangerie et les desserts ainsi que les friandises [bonbons]).
  • Boire principalement de l’eau et limiter sa consommation de boissons sucrées.
  • Être physiquement actif.World Cancer Research Fund's cancer prevention recommendations

Source : Recommandations relatives à la prévention du cancer. Fonds mondial de recherche contre le cancer 2018 (5).

Les sucres et le cancer 

La consommation de sucres entretient-elle la croissance des cellules cancéreuses? D’un point de vue physiologique, toutes les cellules du corps utilisent des sucres (sous la forme de glucose) comme source d’énergie (2). Le corps gère très bien les changements des taux de glucose sanguin en réponse à l’apport alimentaire en glucides (y compris en sucres); cependant, les taux de glucose sanguin ne sont pas déterminés par l’apport alimentaire des sucres. Les preuves permettant de soutenir la théorie selon laquelle les sucres alimentaires entretiennent directement le cancer ou sa progression, ou la notion selon laquelle restreindre la consommation de sucres pourrait « affamer » les cellules cancéreuses ou avoir un impact sur les conséquences viennent à manquer (1).

À ce jour, il n’existe aucune preuve démontrant un lien de cause à effet direct entre la consommation de sucres et l’apparition du cancer (5). Les examens systématiques et les méta-analyses se sont penchés sur les données d’études qui examinent la relation entre la consommation de sucres alimentaires et l’apparition du cancer. Par exemple :

  • Un examen systématique a résumé les données provenant de 37 études prospectives de cohorte. La plupart de ces études indiquaient une absence d’association entre le cancer et les sucres, bien que certaines études aient démontré une association suggestive préjudiciable entre les sucres ajoutés, les boissons sucrées et l’apparition du cancer (7).
  • Un autre examen systématique et une autre méta-analyse ont révélé que lorsque la totalité des preuves était évaluée, il n’existait aucune association entre les boissons sucrées et le cancer colorectal. Trois études indiquent, cependant, un lien entre la consommation de boissons sucrées et le cancer colorectal (8).

Selon ces études, il se pourrait qu’un lien indirect entre les sucres et le cancer existe; c’est-à-dire : les aliments à teneur plus élevée en calories pourraient avoir une teneur plus élevée en sucres àla consommation régulière d’aliments à teneur élevée en calories pourrait entraîner une prise de poids àla prise de poids est associée à un risque plus élevé de certains types de cancers (9).

En plus des calories, la présence d’autres facteurs, y compris les micronutriments et les fibres présents dans les aliments contenant des sucres, pourrait elle aussi influencer l’association au risque de cancer. Il a été démontré que les fibres alimentaires et certains micronutriments, comme le folate, la vitamine C, le sélénium et les caroténoïdes, protégeaient contre le développement du cancer (10).

Les sucres et le régime des personnes atteintes du cancer 

L’idée selon laquelle le sucre « nourrit » le cancer est une idée fausse répandue dans les médias. Il n’existe pas de lien direct per se entre les sucres et le cancer. Les sucres dans les régimes alimentaires se présentent sous de nombreuses formes, y compris sous forme naturelle, comme dans les fruits, et sous forme de sucres ajoutés, comme dans les céréales complètes, dont certaines ont une teneur plus élevée en nutriments et moins élevée en calories. Pour le corps, et ses cellules, une fois que ces aliments sont dégradés, les éléments glucosés sont identiques, quelle que soit la source alimentaire originale (11). Les recommandations alimentaires en matière de sucres pour les personnes atteintes du cancer ne sont pas différentes de celles pour les personnes non atteintes (11).  

Pour plus d’informations, des ressources supplémentaires comprennent :

Les dernières nouvelles comprennent :

Références

  1. Cancer Research UK : What is cancer? and Cancer Research UK: Sugars and cancer – what you need to know; Dates de consultation : Août et décembre 2018.
  2. Organisation mondiale de la santé : le lancer. Dernière mise à jour : 2018; Date de consultation : Août 2018.
  3. National Cancer Institute : Risk Factors for cancer. Dernière mise à jour : 2015; Date de consultation : Août 2018.
  4. Société canadienne du cancer. Dernière mise à jour : 2018; Date de consultation : Septembre 2018.
  5. Le Fonds mondial de recherche contre le cancer et l’American Institute for Cancer Research : Diet, Nutrition, Physical Activity and Cancer: A Global Perspective. 2018.
  6. Fonds mondial de recherche contre le cancer : Curbing Sugar Consumption. 2015.
  7. Makarem N, Bandera EV, Nicholson JM, Parekh N. Consumption of Sugars, Sugary Foods, and Sugary Beverages in Relation to Cancer Risk: A Systematic Review of Longitudinal Studies. Annual review of nutrition. 2018 May 25 (0).
  8. Schwingshackl L, Schwedhelm C, Hoffmann G, Knüppel S, Laure Preterre A, Iqbal K, Bechthold A, De Henauw S, Michels N, Devleesschauwer B, Boeing H. Food groups and risk of colorectal cancer. International journal of cancer. 2018 May 1; 142 (9) : 1748-58.
  9. Canadian Cancer Society: sugars and cancer. Dernière mise à jour : 2018; Date de consultation : Septembre 2018.
  10. Willett WC. Micronutrients and Cancer risk. Am J Clin Nutr. 1994; 59:1162S-1165S.
  11. British Columbia Cancer Agency : sugars and cancer. Dernière mise à jour : 2015; Date de consultation : Septembre 2018.