08 septembre 2016

Le numéro d’août 2016 du Canadian Journal of Diabetes comprenait deux commentaires distincts des docteurs Robert Lustig, MD (Université de Californie, San Francisco, É.-U.A.) et John Sievenpiper, MD, PhD (Université de Toronto et l’Hôpital de St Michael, Canada) résumant les points de leur débat sur l’impact des sucres sur la santé lors du World Diabetes Congress (Congrès mondial sur le diabète) organisé par l’International Diabetes Federation en décembre 2015. 

Lustig: Sickeningly Sweet: Does Sugar Cause Type 2 Diabetes? Yes

Sievenpiper: Sickeningly Sweet: Does Sugar Cause Chronic Disease? No

En utilisant le diagramme hiérarchique des ouvrages scientifiques, nous nous sommes penchés sur la qualité des publications scientifiques liées au sucre que les docteurs Lustig et Sievenpiper avaient utilisé pour tirer des conclusions si radicalement différentes. 

Le Dr Lustig a utilisé 1 méta-analyse d’études de cohorte, 2 essais randomisés contrôlés, 1 intervention non contrôlée et 1 étude économétrique (basée sur les données concernant la disponibilité des aliments et la prévalence des maladies par pays) liées aux sucres, ce qui ne représente pas la totalité des preuves scientifiques permettant d’arriver à la conclusion que le sucre est une cause directe de diabète de type 2.

Le Dr Sievenpiper a utilisé 13 examens systématiques et méta-analyses d’essais randomisés contrôlés et 6 examens systématiques et méta-analyses d’études de cohorte prospectives liées aux sucres et aux maladies chroniques, en plus d’autres essais randomisés contrôlés et d’études de cohorte permettant de soutenir sa conclusion que le sucre n’est pas une cause directe de maladie chronique.

En examinant des études scientifiques, le degré de preuve est un facteur important à considérer.